Tordre la crinière du poème

Tordre la crinière du poème en rut

déflagration d’espace

Abattre chapes d’horizons délétères

en un big-bang pour délivrer la voix

Le sang parle

la main s’ouvre

pour recueillir la rosée du temps

Traces fragiles sur la pente hiératique

de l’éternité

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Dernier rappel

L’âpre fureur de mon mal véhément