QUI TIRE SUR LES BRETELLES DE MA RESPIRATION ?

par Abdelmajid Benjelloun

 

Un homme esi devenu fou car il n’a pu s’habituer à la mer de sa respiration.

 

Les bruits bizarres qui se produisent au milieu de la nuit dans ma chambre sont l’effet de l’impatience des mots en repos.

 

Du pain froid que l’on mange, ma mère dit qu’on le libère.

 

À tout instant, je suis enchanté de faire mon inconnaissance.

 

En entendant cet homme intelligent me développer ses pensées, j’ai la certitude soudaine que ses mains réfléchissent mieux que son cerveau.

 

Notre main déborde d’absolu, parce qu’elle est précisément vide.

 

Chaque soir, je dois sortir pour promener la bête furieuse de mon envie de mourir.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Vous en qui je salue une nouvelle aurore…

Frêne hautain, forestier et champêtre…