Eva – d’ombre et de sang (1946)

Femme ténébreuse

errante de la mauvaise vertu

errante du bien pour le mal

adroite et décidément maladroite

parmi les rideaux de rêve et de soie

parmi les pains de chaleur de chair et de sang

parmi l’homme dépaysé d’être lui-même

femme dangereuse

légèrement inclinée

dans le vent des miracles

légèrement vêtue dans le vent du péché

légèrement perdue dans l’ouragan de vie

femme qui joues

femme qui ris

femme qui pleures

femme qui veux gagner toujours

une chance en plus que le cœur trouvé

dressée à nous ravir

à joindre notre défaillance

à ne jamais nous oublier

à ne jamais nous délivrer

à nous aimer l’éternité de ses mensonges

femme dressée à se livrer

dans l’ombre d’une science exacte

dans la nuit de notre souffrance

dans l’oubli de notre mission

femme impardonnable et pardonnée

voilà que c’est moi le maudit

qui se prend à te reconnaître

à défendre tes cris de malheur

à redramatiser l’aube de ta passion

à pardonner le sang que tu révèles

à s’attendrir sur ton ventre de vie

à t’aimer plus qu’un désert de diamant

ô femme qui jamais ne me pardonneras

5 avril 1939

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments