Exhortation

à
Christiane
Bêcher

Croyez-m’en bien mon vieil ami

on a coupé mes ailes

on a brouillé mon ciel

on a miné la terre sous mes pas d’espérance

on a tué mon ange

on a brûlé mon âme

on a drogué mon cœur

on a sali mon rêve

on a déchiré mon beau costume

dans une bagarre d’ivrognes spirituels

Croyez-m’en bien mon cher ami je m’amène chez vous dans un état très lamentable

Voulez-vous bien me recueillir

pour une nuit

le temps de recharger

soigneusement

mes armes

celles de la colère de la révolte et de l’amour

Juillet 1962

Voter pour ce poème!

Laisser un avis, une critique ou analyse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Moi, mes souliers

Le prisonnier