Je me de de

Je me vermine

je me métaphysique

je me termite

je m’albumine

je me métamorphose

je me métempsychose

me dilapide

je n’en aurai jamais fini

Je me reprends

je me dévore

je me sournoise

je me cloaque et m’analyse

je me de de

je m’altruise

je deviens mon altcr ego

je me cache sous les couvertures

je transpire l’angoisse

je vais crever madame la marquise

Voter pour ce poème!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Paysage aimé

La Trebbia