Annonciation

Des sangs nouveaux de mokatine sonnant à la viande s’accrochent aux branches du soleil végétal, ils attendent leur tour.

Un mouvement de palmes dessine le corps futur des porteuses aux seins jaunes moisson germante de tous les cœurs révélés.

Le pitt du flambeau descendant jusqu’à l’extrême pointe fait à la faiblesse de la ville une rosace amicale amarrée de lianes jeunes au vrai soleil de vrai feu de terré*vraie : annonciation.

Pour l’annonciation des porteuses de palmiers de mokatine amarrés au soleil du pitt de flambeaux – œil vert bagué de jaune d’oxyde chargé de lunes œil de lune chargé de torches – œil des torches tordez l’engrais discret des lacs dénoués.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments