Antipode

au matin rouleur de la première force de la première

épave de la dernière aurore

nos dents feront le bond d’une terre au haut d’un ciel de

cannelle et de girofles

tu ouvriras tes paupières qui sont un éventail très beau

fait de plumes rougies de regarder mon sang battre

une saison triomphante des essences les plus rares

ce sera tes cheveux

ballant au vent puéril la nostalgie des longues canéfices

Voter pour ce poème!

Laisser un avis, une critique ou analyse