Cratères

La pensée d’un dénouement rapide s’annule à bout de lave, selon des rivières trop pierreuses pour ne pas être intelligibles à la soif des serpents.

Euménide buveuse de sang lancée dans l’impitoyable traque jusqu’à quand s’éteignant dans le brouillard comme d’automne.

Je ne suis pas dupe.

La
Détresse ne se lassera pas de jouer à saute-mouton avec les cratères, même si elle s’attendrit le temps d’un éclairement à quelque épanchement de volcan suicidaire.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments