Que l’on présente son cœur au soleil

la
Bête a dû céder sur le sentier de ton dernier défi

Bête aux abois

Mort traquée par la mort

de son masque déchu elle s’arc-boute à son mufle

solaire

l’œuf la suit à la piste

l’aile du tout-à-coup jaillit

la victoire est d’offrir à la gourde des germes

le sexe frais du temps

sur l’aube d’une main mendiante de fantômes

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

Les fumeurs

Je pensais que mon coeur échappé du naufrage