Que l’on présente son cœur au soleil

la
Bête a dû céder sur le sentier de ton dernier défi

Bête aux abois

Mort traquée par la mort

de son masque déchu elle s’arc-boute à son mufle

solaire

l’œuf la suit à la piste

l’aile du tout-à-coup jaillit

la victoire est d’offrir à la gourde des germes

le sexe frais du temps

sur l’aube d’une main mendiante de fantômes

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments