Transmission

le surplus

je l’avais distribué aux rides des chemins

à l’acharnement des ravins les forces ne s’épuisent pas si vite quand on n’en est que le dépositaire fragile, qui combien aux prix de quels hasards les avaient amassées ?

un signe

un rien

une lueur au bas du ciel

une flamme née du sol

un tremblement de l’air

le signe que rien n’est mort

je hurlais :

vous n’avez pas le droit de laisser couper le chemin de la transmission

je hurlais : la bouffonnerie des neurones suffit à mettre hors de cause l’état de la caldeira

je hurlais au violent éclatement

cependant le temps me serpait dur jusqu’à la racine intacte.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments