Homme sous forme de livre

Il faudrait feuilleter un être humain

comme un vieux livre.

On tomberait sur une phrase

pleine d’ambiguïté :

quelque poumon, quelque genou.

On ne comprendrait pas un bref chapitre :

le front ou le regard perçant.

On sourirait devant un passage audacieux :

aisselle humide ou taille qui sursaute.

On s’interrogerait

sur une brusquerie du style :

façon de se lever, râle d’amour.

Puis on refermerait

l’être aussi bien que le volume :

destin, délicatesse ou lâcheté.

Notez

Voter pour ce poème!

AVIS, CRITIQUES ET ANALYSES

Laisser un commentaire

Loading…

0

Commentaires

0 commentaires

Les dimanches : tant de tristesse et tant de cloches

Le paresseux