Je suis trois

Entre moi-même et moi, un autre intrus

dans mes poumons s’agite.
J’étais deux ; je suis trois : est-ce aux dieux hypocrites,

en qui je n’ai pas cru,

que je dois ce conflit ?
Désincarné,

je frémis pour mon double, et mon triple me ronge. À qui n’est jamais né

que pour un destin trouble,

le sort est triste et le devoir dément.

Il m’appartient de dire celui des trois que j’aime; en quel accouplement

transformer ce délire,

et rire enfin de mes identités,

qui sans cesse me changent ?
Je deviendrai ceux-là que je ne peux quitter,

monstre, doublure ou ange.

Voter pour ce poème!

Vous êtes un génie poétique et votre commentaire sera l'élément manquant pour que notre site devienne une oeuvre d'art complète.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments