L’anonymat

Je sens comme une aisance à n’être plus personne :

j’aime l’anonymat.
La nuit m’est douce et les lilas bourdonnent.

Je me perds dans l’amas

des mots et des cailloux, des soupirs et des choses

qui n’ont aucun rapport avec ma vie.
Je suis absent.
J’oppose

un refus à mon corps

et me change en pollen.
Je deviens la rosée.

J’agis comme un ruisseau.
La guêpe en moi a l’existence aisée.

Je ne prends pas d’assaut

l’espace ni le temps.
Je suis une matière

qui ressemble à l’azur.
N’y touchez pas : substance hospitalière,

il forme le futur.

Je deviens peu à peu un néant agréable,

mais je n’en peux juger; on me compare au grain de sable

qui n’offre aucun danger.

Détendez-vous.
Je ne veux pas qu’on me regrette.

Heureux chez les fourmis, j’ai désigné ce soir mon interprète :

l’océan, mon ami.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments