Les oiseaux-mouches

Comme on lance une olive
Par mégarde au plafond.

J’arrive.

Je fonds

Comme un morceau de glace
Sur le cou d’un marin.

Je passe,

Je crains

Le peintre qui m’écrase
Comme un tube de blanc.

J’embrase,

Brûlant

Comme un cognac d’ermite.
Un palmier paresseux :

Un mythe

Pour ceux…

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments