Monde intérieur

En moi, un océan explose : trois cents îles,

les unes de safran, les autres de velours.

En moi, une montagne est enceinte, nubile

et à la fois coupable : un mépris, un amour.

En moi, l’oiseau de paradis est la baleine

qui fait surface, obéissant à ma chanson.

En moi, ce qui est raisonnable a de la peine

à garder son sérieux : poème, établissons,

si tu veux, la logique ennemie des logiques,

où la fable n’a pas d’excuse à présenter.

En moi, le jeune fleuve, à force de musique,

remonte vers sa source en toute impunité.

En moi, le caillou vert, dans son indiscipline,

a le droit de se croire un dieu, ici, ailleurs :

on ne refuse rien à la pensée chagrine

qui donne à sa souffrance un semblant de splendeur.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments