Présence frivole

Je suis la fable du néant,

qui s’ennuyait.

Un jour, il s’est mis à conter une anecdote :

il m’a conçu caprice,

mensonge, élément superflu

dans un monde affolé.

Mais les plaisanteries

sont comme un tour de carrousel

ou un pétale d’églantine au gré des vents.

Le néant, aujourd’hui, redevient très sérieux.

Dans son travail, il ne peut tolérer

la présence frivole

d’un être tel que moi :

je suis le défaut du néant.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments