Souvenir de normandie

Je fréquentais jadis, sous les blanches falaises

de
Normandie, un lupanar

au toit de chaume, propre comme un sou,

qui s’appelait «
Au rendez-vous des tourterelles ».

Seules les fleurs en étaient impudiques

car les filles jouaient à l’innocence,

malgré leurs mains expertes.

J’y rencontrais des armateurs

et des hommes de loi.

Un spécialiste en bois précieux

avait pour l’acajou mille tendresses.

Un maraîcher fournissait en légumes

la
Cour de
Vienne :

«
François-Joseph lui-même », ajoutait-il.

Fifi lisait un roman parfumé.

Boule
Sans
Suif rêvait d’un long voyage

jusqu’à
Constantinople,

jusqu’au
Siam.

Clara disait : «
Cette
Emma
Bovary

manque de classe ;

les femmes comme il faut ne se suicident pas. »

Existe-t-il encore des falaises,

ou quelque
Normandie,

ou des maisons où l’on discute,

jusqu’à l’aurore, de l’amour ?

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments