Troisième personnage

Troisième personnage au milieu du poème,

je ne suis ni l’écrit ni l’écrivain ; observateur qui se débat dans ce dilemme :

faut-il intervenir de droit divin,

ou subir en silence un assaut de mensonges, semblables quelquefois aux vérités ?

Je suis le fabuliste aux fables qui s’allongent ; il s’en détache, il veut les habiter.

C’est à lui-même enfin qu’elles se font nocives, comme corbeaux pris aux rets du miroir.

Je m’y redéfinis, ô souffrance excessive d’être au matin un autre que le soir.

À la matière accorde-t-on quelque distance,

ou n’est-ce pas détruire le tissu que de l’analyser ?
Le penseur qui se pense

a la pensée pénible, à son insu.

La chanson est ma chair et j’y siège en arbitre, sans jamais distinguer le bien du mal :

le sang chaque matin abreuve le chapitre et le poumon est un état verbal.

Un esclave du mot en devient le monarque.

Ce qui se conçoit bien veut s’éviter : en-moi, c’est la guerre civile et je remarque

que l’on m’y traite à peine en invité,

avec trop de façons.
Il faut que je me presse

pour distinguer victime et assassin ; fait de moi mais sans moi, mon poème en détresse

ne reconnaît en moi qu’un corps malsain.

Voter pour ce poème!

Alain Bosquet Apprenti Poète

Par Alain Bosquet

Anatole Bisk, dit Alain Bosquet, né à Odessa (Ukraine) le 28 mars 1919 et mort à Paris le 17 mars 1998, est un poète et écrivain français d'origine russe.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie, c'est l'art de l'âme. Venez, comme Guillaume Apollinaire, exprimer la vôtre en commentant.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Vivons, dans notre amour et notre ardeur

L’alouette en colère