Calamité

Calquée sur l’être du nuage elle vire de bord
Elle détonne dans l’époque — elle écope
Elle pointe ses cils — pins
Retroussée sa jupe attise le rouage des gouapes
Sa main trie le vent du volet dans la violence

Quand elle rit — rare et dételée cannibale —

À la troisième
Turquie elle renonce à toi

Corps mobile du délit

Elle a plus d’un loup dans son trac

Cachée ou rêvée — sa poitrine reine ravit

Très aimée — très calmée — très traînée au bout de la

veine
Elle éclate
O larmes chassées dans les bois comme des hyènes

Vacante — elle décante son cul dans la clairière

Huée dans les nuées

Arrachée — elle blesse l’être à sa base

Ouatée — elle vole le corps astral des clameurs


C’est ma
Rebelle

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments