J’ai là, devant moi, son portrait

J’ai là, devant moi, son portrait.
Regardez : la tête est jolie
Délicatement, sans apprêt…
Je ne l’avais pas embellie.

Ce qu’on vantait, c’étaient ses yeux,
Beaux parfois d’un éclair farouche.
Qu’importe ! je n’aimais pas mieux
Baiser ses chers yeux que sa bouche.

Les ciels charmants me sont fermés.
Était-elle pire ou meilleure
Que la femme que vous aimez ?
Je ne le sais pas, mais je pleure.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments