Une douceur splendide et sombre

Une douceur splendide et sombre
Flotte sous le ciel étoilé
On dirait que làhaut, dans l’ombre
Un paradis s’est écroulé.

Et c’est comme l’odeur ardente,
L’odeur fiévreuse dans l’air noir,
D’une chevelure d’amante
Dénouée à travers le soir.

Tout l’espace languit de fièvres.
Du fond des coeurs mystérieux
S’en viennent mourir sur les lèvres
Des mots qui font fermer les yeux.

Et de ma bouche où s’évapore
Le parfum des bonheurs derniers,
Et de mon coeur vibrant encore
S’élèvent de vagues pitiés

Pour tous ceuxlà qui, sur la terre,
Par un tel soir tendant les bras,
N’ont point dans leur coeur solitaire
Un nom à sangloter tout bas.

Le chariot d’or

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Pierrots, III

Locutions des Pierrots, XVI