La femme adultère

extrait

«
Mon lit est parfumé d’aloès et de myrrhe ;
L’odorant cinnamome et le nard de
Palmyre
Ont chez moi de l’Egypte embaumé les tapis.
J’ai placé sur mon front et l’or et le lapis ;
Venez, mon bien-aimé, m’enivrer de délices
Jusqu’à l’heure où le jour appelle aux sacrifices :
Aujourd’hui que l’époux n’est plus dans la cité,
Au nocturne bonheur soyez donc invité ;
Il est allé bien loin. »
C’était ainsi, dans l’ombre,
Sur les toits aplatis et sous l’oranger sombre,
Qu’une femme parlait, et son bras abaissé
Montrait la porte étroite à l’amant empressé.
Il a franchi le seuil où le cèdre s’entrouvre,
Et qu’un verrou secret rapidement recouvre ;
Puis ces mots ont frappé le cyprès des lambris : «
Voilà ces yeux si purs dont mes yeux sont épris !

Votre front est semblable au lis de la vallée,
De vos lèvres toujours la rose est exhalée ;
Que votre voix est douce et douces vos amours !
Oh ! quittez ces colliers et ces brillants atours ! —
Non ; ma main veut tarir cette humide rosée

Que l’air sur vos cheveux à longtemps déposée ;
C’est pour moi que ce front s’est glacé sous la nuit !


Mais ce cœur est brûlant, et l’amour l’a conduit.

Me voici devant vous, ô belle entre les belles !

Qu’importent les dangers ? que sont les nuits

cruelles

Quand du palmier d’amour le fruit va se cueillir.

Quand sous mes doigts tremblants je le sens

tressaillir ?


Oui ! mais d’où vient ce cri, puis ces pas sur la pierre ?


C’est un des fils d’Aron qui sonne la prière.
Et quoi ! vous pâlissez !
Que le feu du baiser
Consume nos amours qu’il peut seul apaiser,
Qu’il vienne remplacer cette crainte farouche
Et fermer au refus la pourpre de ta bouche !…»
On n’entendit plus rien, et les feux abrégés
Dans les lampes d’airain moururent négligés.

(Lu 1 fois, 1 lectures aujourd'hui)
Alfred de Vigny

Alfred de Vigny

Alfred Victor Vigny puis comte de Vigny, né le 27 mars 1797 à Loches, et mort le 17 septembre 1863 à Paris 8ᵉ, est un écrivain, romancier, dramaturge et poète français.

Ajoutez votre commentaire