Le mont des oliviers

LE
SILENCE

S’il est vrai qu’au
Jardin sacré des Écritures,

Le
Fils de l’homme ait dit ce qu’on voit rapporté;

Muet, aveugle et sourd au cri des créatures,

Si le
Ciel nous laissa comme un monde avorté,

Le juste opposera le dédain à l’absence

Et ne répondra plus que par un froid silence

Au silence éternel de la
Divinité.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Gretchen la pâle

Quand le fil de ma vie…