À une jolie femme

Savez-vous bien, Madame, à quel risque on s’expose
En acceptant des vers d’indiscrets tels que moi ?
C’est une occasion de parler, et, ma foi,
Je dis ce que je pense et permets qu’on en glose.

Un poète ose tout. — Si j’allais (je suppose)
Vous proclamer déesse et préciser pourquoi ;
Dire que votre taille et tout ce que je vois
Me font imaginer mainte autre belle chose ;

Que l’épaule si pure et le bras et le sein,
Dont mon regard furtif a surpris le dessin,
Sont dignes de Vénus par leur délicatesse ;

Que vous m’avez fait croire à la réalité
De ce qu’en marbre blanc sculpta l’antiquité ;
Si je disais cela, qu’en d’iriez-vous, comtesse ?

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments