La jeune locrienne

«Fuis, ne me livre point.
Pars avant son retour;
Lève-toi, pars, adieu; qu’il n’entre, et que ta vue
Ne cause un grand malheur, et je serais perdue.
Tiens, regarde, adieu, pars, ne vois-tu pas le jour?»

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Finalement sur le point que Morphée

Fragments d’une genèse oubliée