Sans fin

Naviguant depuis l’aube
Vers la mort certaine
Le courant s’accélère
Le présent s’assourdit

Le cœur garde ses amarres
Quelques saveurs retiennent
La terre n’en finit pas
D’épeler jours et nuits.

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

GIPHY App Key not set. Please check settings

L’ombre des arbres

La pluie