L’araignée

Fable XIV, Livre II.

Dame Arachné dans un palais
Se glissa sans être aperçue ;
Sa toile n’était pas tissue
Qu’en l’air étaient tous les balais.
La pauvrette ! Comment fit-elle
Pour échapper ? Je n’en sais rien ;
Mais, l’instant d’après, je sais bien
Qu’elle travaillait de plus belle.
Autre toile, autre événement !
Il était là plus d’un esclave.
Toute araignée imprudemment
Quitte le grenier ou la cave
Pour un plus riche appartement.
Laborieuse autant qu’adroite,
Celle-ci point ne reposait,
Et vite à gauche refaisait
Ce qu’on avait défait à droite.
Les gens de se désespérer :
Chaque jour c’était à refaire.
Un bon homme, apprenant l’affaire,
Leur dit : « Je veux vous éclairer :
Quand l’ouvrière est épargnée,
Vainement l’ouvrage est détruit. »
Cela posé, sans plus de bruit,
Il met le pied sur l’araignée.

Voter pour ce poème!

Ne laisse pas ce poème te quitter sans laisser ton empreinte! Laisse un commentaire et fais part de ton ressenti!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments