En mai

Dans la tiède haleine des fleurs

Le printemps passe par bouffées,

Brodant l’aile aux mille couleurs

Des libellules et des fées.
Son vol accroche aux réseaux verts

Des broussailles ébouriffées,

Dépouille errante des hivers,

De longs fils de soie, en trophées.
L’air du soir sonne les abois

Des belles filles décoiffées :

– Dans nos coeurs, comme dans les bois,

Le printemps passe par bouffées !

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments