Ceux qui n’aiment plus

Chanson.

Qui l’a donc sitôt fauchée,
La fleur des moissons ?
Qui l’a donc effarouchée,
La Muse aux chansons ?

Je n’aime plus ! qu’on m’enterre,
Le ciel s’est fermé.
Je retomhe sur la terre,
Le cœur abîmé.

Te souviens-tu, ma maîtresse,
Mon cœur s’en souvient !
Des aubes de notre ivresse ?
Déjà la nuit vient.

Faut-il que je te rappelle
Les doux Alhambras
Que nous bâtissions, ma belle,
En ouvrant nos bras ?

Ta bouche fraîche, ô ma mie !
Ne m’enivre plus,
Déjà la vague endormie
Est à son reflux.

Quoi ! plus d’Eve qui m’enchante !
Plus de paradis !
Faut-il donc que mon cœur chante
Son De profundis ?

Elle est ouverte, ma tombe,
Et va se fermer.
Oui, j’en mourrai, ma colombe,
Du doux mal d’aimer.

Ou plutôt, pour cénotaphe,
Je prendrai Martha,
Qui mettra pour épitaphe :
— Il ressuscita ! —

Voter pour ce poème!

Avatar Apprenti Poète

Par Arsène Houssaye

Arsène Houssaye, pseudonyme d’Arsène Housset, né le 28 mars 1814 à Bruyères-et-Montbérault et mort le 26 février 1896 à Paris, est un homme de lettres français. Il est également connu sous le pseudonyme d’Alfred Mousse.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Les poètes tissent leur toile de mots. Ajoutez un fil précieux avec votre commentaire.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Évocation

Capitaine de l’absurde