Les Plus Lus

  • A Théophile Gautier

    Sur sa nouvelle d’ ‘ Arria Marcella ‘ Le creux d’un sein charmant que la cendre moula Fut la coupe où tu bus cette ivresse éloquente, Qui, sous l’étroit portique aux volutes d’acanthe, Fit surgir […] Plus

  • La vision des ruines

    Le fleuve qui, libre et tranquille, Traîne ses marnes et ses eaux Au milieu des pâles roseaux. Presse en ses bras une longue île, Qui semble un navire échoué Par quelque héroïque aventure, Perdant sa […] Plus

  • Les arbres

    Ô vous qui, dans la paix et la grâce fleuris, Animez et les champs et vos forêts natales, Enfants silencieux des races végétales, Beaux arbres, de rosée et de soleil nourris, La Volupté par qui […] Plus

  • Âmes obscures

    Tout dans l’immuable Nature Est miracle aux petits enfants : Ils naissent, et leur âme obscure Éclôt dans des enchantements. Le reflet de cette magie Donne à leur regard un rayon. Déjà la belle illusion […] Plus

  • La mort

    Sonnet. Si la vierge vers toi jette sous les ramures Le rire par sa mère à ses lèvres appris ; Si, tiède dans son corps dont elle sait le prix, Le désir a gonflé ses […] Plus

  • Les sapins

    On entend l’Océan heurter les promontoires ; De lunaires clartés blêmissent le ravin Où l’homme perdu, seul, épars, se cherche en vain ; Le vent du nord, sonnant dans les frondaisons noires, Sur les choses […] Plus

  • Le chêne abandonné

    Dans la tiède forêt que baigne un jour vermeil, Le grand chêne noueux, le père de la race, Penche sur le coteau sa rugueuse cuirasse Et, solitaire aïeul, se réchauffe au soleil. Du fumier de […] Plus

  • La sagesse des griffons

    C’était la nuit ardente et le retour du bal ; Vaincue et triomphante et chastement lascive, Elle disait d’un ton de bien-être : J’ai mal !… Les roses s’effeuillaient sur sa tête pensive Où murmurait […] Plus

  • À la lumière

    Dans l’essaim nébuleux des constellations, Ô toi qui naquis la première, Ô nourrice des fleurs et des fruits, ô Lumière, Blanche mère des visions, Tu nous viens du soleil à travers les doux voiles Des […] Plus

  • Le captif

    Il est, non loin des tièdes syrtes Où bleuit la mer en repos, Un bois d’orangers et de myrtes Dont n’approchent point les troupeaux. Là, sous l’ombre antique d’un arbre, Un satyre, ouvrage divin, Sourit […] Plus

  • La mort du singe

    Dans la serre vitrée où de rigides plantes, Filles d’une jeune île et d’un lointain soleil, Sous un ciel toujours gris, sommeillant sans réveil, Dressent leurs dards aigus et leurs floraisons lentes, Lui, tremblant, secoué […] Plus