Les Plus Lus

  • A Fanny (II)

    Mai de moins de roses, l’automne De moins de pampres se couronne, Moins d’épis flottent en moissons, Que sur mes lèvres, sur ma lyre, Fanny, tes regards, ton sourire, Ne font éclore de chansons. Les secrets pensers de mon âme Sortent en paroles de flamme, A ton nom doucement émus : Ainsi la nacre industrieuse […] Plus

    Lire la suite

  • Oh ! puisse le ciseau qui doit trancher mes jours

    Oh ! puisse le ciseau qui doit trancher mes jours Sur le sein d’une belle en arrêter le cours ! Qu’au milieu des langueurs, au milieu des délices, Achevant de Vénus les plus doux sacrifices, Mon âme, sans efforts, sans douleurs, sans combats, Se dégage et s’envole, et ne le sente pas ! Qu’attiré sur […] Plus

    Lire la suite

  • Amymone

    Salut, belle Amymone ; et salut, onde amère A qui je dois la belle à mes regards si chère. Assise dans sa barque, elle franchit les mers. Son écharpe à longs plis serpente dans les airs. Ainsi l’on vit Thétis flottant vers le Pénée, Conduite à son époux par le blond Hyménée, Fendre la plaine […] Plus

    Lire la suite

  • Mnaïs

    Bergers, vous dont ici la chèvre vagabonde, La brebis se traînant sous sa laine féconde, Au front de la colline accompagnent les pas, A la jeune Mnaïs rendez, rendez, hélas ! Par Cybèle et Cérès et sa fille adorée, Une grâce légère, une grâce sacrée. Naguère auprès de vous elle avait son berceau, Et sa […] Plus

    Lire la suite

  • Suzanne

    Je dirai l’innocence en butte à l’imposture, Et le pouvoir inique, et la vieillesse impure, L’enfance auguste et sage, et Dieu, dans ses bienfaits, Qui daigne la choisir pour venger les forfaits. Ô fille du TrèsHaut, organe du génie, Voix sublime et touchante, immortelle harmonie, Toi qui fais retentir les saints échos du ciel D’hymnes […] Plus

    Lire la suite

  • Pasiphaé

    Tu gémis sur l’Ida, mourante, échevelée, Ô reine ! ô de Minos épouse désolée ! Heureuse si jamais, dans ses riches travaux, Cérès n’eût pour le joug élevé des troupeaux ! Tu voles épier sous quelle yeuse obscure, Tranquille, il ruminait son antique pâture ; Quel lit de fleurs reçut ses membres nonchalants Quelle onde […] Plus

    Lire la suite

  • Lydé

    ‘ Mon visage est flétri des regards du soleil. Mon pied blanc sous la ronce est devenu vermeil. J’ai suivi tout le jour le fond de la vallée ; Des bêlements lointains partout m’ont appelée. J’ai couru ; tu fuyais sans doute loin de moi : C’était d’autres pasteurs. Où te chercher, ô toi Le […] Plus

    Lire la suite

  • Vierge au visage blanc

    Vierge au visage blanc, la jeune Poésie, En silence attendue au banquet d’ambroisie, Vint sur un siège d’or s’asseoir avec les Dieux, Des fureurs des Titans enfin victorieux. La bandelette auguste, au front de cette reine, Pressait les flots errants de ses cheveux d’ébène ; La ceinture de pourpre ornait son jeune sein. L’amiante et […] Plus

    Lire la suite