Les Plus Lus

  • C'était OKC'était OK BofBof

    La feuille

    Fable XVI, Livre V. — De ta tige détachée, Pauvre feuille desséchée, Où vas-tu ? — Je n’en sais rien. L’orage a frappé le chêne Qui seul était mon soutien. De son inconstante haleine, Le zéphyr ou l’aquilon Depuis ce jour me promène De la forêt à la plaine, De la montagne au vallon. Je […] Plus

    Lire la suite

  • Le riche et le pauvre

    Fable II, Livre II. Penses-y deux fois, je t’en prie ; À jeun, mal chaussé, mal vêtu, Pauvre diable ! comment peux-tu Sur un billet de loterie Mettre ainsi ton dernier écu ? C’est par trop manquer de prudence ; Dans l’eau c’est jeter ton argent ; C’est vouloir… — Non dit l’indigent ; C’est […] Plus

    Lire la suite

  • Les larmes du crocodile

    Fable VI, Livre II. Le crocodile en pleurs, aux animaux surpris, De la pitié vantait les charmes : « Craignez ceux qui jamais ne se sont attendris ; Fiez-vous à quiconque a répandu des larmes : Frères, l’homme est croyable, et l’homme pense ainsi. » « — Je le sais, dit le bœuf ; et […] Plus

    Lire la suite

  • Les bulles de savon

    Fable V, Livre III. Tous les jours on voit des marmots, Avec un peu de vent gonfler un peu d’écume ; Tous les jours, avec de grands mots, Pour l’heureux du moment maint sot fait maint volume. Mes amis, retenez-le bien, Le pouvoir de l’homme est immense : Tirer quelque chose de rien, Est plus […] Plus

    Lire la suite

  • Les éponges

    Fable X, Livre I. L’éponge boit, c’est son métier ; Mais elle est aussi souvent pleine De l’eau fangeuse du bourbier, Que de celle de la fontaine. Docteurs qui, dans votre cerveau, Logez le vieux et le nouveau, Les vérités et les mensonges, J’en conviens, vous retenez tout ; Mais aux yeux de l’homme de […] Plus

    Lire la suite

  • Le hanneton

    Fable III, Livre V. « Tu bourdonnes, n’es-tu pas libre ? » Disait un écolier au hanneton fâché D’avoir toujours un fil à la patte attaché. Ainsi parlait Octave à ses sujets du Tibre. Ainsi naguère encor j’entendais raisonner D’honnêtes gens, qui tous n’étaient pas sur le trône. La liberté pour eux, c’est un fil […] Plus

    Lire la suite

  • À quelqu’un qui me réveillait

    (Vers faits en pleine mer.) Pourquoi me rendre à ma douleur ? Pourquoi rétablis-tu, barbare, Entre mon sort et le bonheur L’immensité qui les sépare ? En précipitant mon réveil, Sais-tu bien ce que tu m’enlèves ? Je retrouverai mon sommeil, Mais retrouverai-je mes rêves ? Je revoyais mon doux pays, Ces beaux lieux que […] Plus

    Lire la suite

  • Le colimaçon

    Fable IV, Livre I. Sans ami, comme sans famille, Ici bas vivre en étranger ; Se retirer dans sa coquille Au signal du moindre danger ; S’aimer d’une amitié sans bornes ; De soi seul emplir sa maison ; En sortir, suivant la saison, Pour faire à son prochain les cornes ; Signaler ses pas […] Plus

    Lire la suite

  • Les amis à deux pieds

    Fable XV, Livre V. « Je préfère un bon cœur à tout l’esprit du monde, Et d’amis à deux pieds je me passe fort bien, » Disait certain monsieur qui vit avec son chien Dans une retraite profonde. « Je n’ai pas d’autre ami que lui, Humains ; et s’il tient aujourd’hui La place qu’en […] Plus

    Lire la suite

  • Au maître d’un jardin

    De ce chaume heureux possesseur, De bon cœur, hélas ! que j’envie Tes travaux, ta philosophie, Ta solitude et ton bonheur ! Pour prix des soins que tu leur donnes, Tes arbustes reconnaissants Et des printemps et des automnes Te prodiguent les doux présents. Ô trop heureux qui peut connaître La jouissance de cueillir Le […] Plus

    Lire la suite

  • Le rat et le vaisseau

    Fable IX, Livre V. Fier de sa charge magnifique, Fier de porter, je ne sais où, Pour je ne sais qui, l’or du Chili, du Pérou, Et du Potose et du Mexique, Un gros vaisseau marchand revenait d’Amérique. Le joyeux équipage était des plus complets : Passagers, matelots, soldats, maîtres, valets, Favoris de Plutus, de […] Plus

    Lire la suite

  • Les trois zones

    Fable I, Livre II. À M. Andrieux, de L’Institut. Toi qui vis vraiment comme un sage, Sans te montrer, sans te cacher, Sans fuir les grands, sans les chercher, Exemple assez rare en notre âge ; Pardonne-moi, cher Andrieux, Dans ces vers qu’aux vents je confie, De dévoiler à tous les yeux Ta secrète philosophie. […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.