Les Plus Lus

  • À David d’Angers

    x(Sur une statue d’enfant.) L’enfant ayant aperçu (À l’insu De sa mère, à peine absente) Pendant au premier rameau De l’ormeau Une grappe mûrissante ; L’enfant, à trois ans venu, Fort et nu, Qui jouait […] Plus

  • À M. Viguier

    Au temps des Empereurs, quand les Dieux adultères, Impuissants à garder leur culte et leurs mystères, Pâlissaient, se taisaient sur l’autel ébranlé Devant le Dieu nouveau dont on avait parlé, En ces jours de ruine […] Plus

  • Quand le Poète en pleurs

    Quand le Poète en pleurs, à la main une lyre, Poursuivant les beautés dont son cœur est épris, À travers les rochers, les monts, les prés fleuris Les nuages, les vents, mystérieux empire, S’élance, et […] Plus

  • Dans ce cabriolet de place

    Dans ce cabriolet de place j’examine L’homme qui me conduit, qui n’est plus que machine Hideux, à barbe épaisse, à longs cheveux collés : Vice et vin et sommeil chargent ses yeux soûlés. Comment l’homme […] Plus

  • Le soir de la jeunesse

    À mon ami ***. Oui, vous avez franchi la jeunesse brûlante ; Vous avez passé l’âge où chaque heure est trop lente, Où, tout rêvant, on court le front dans l’avenir, Et déjà s’ouvre à […] Plus

  • À Ronsard

    (Pour un ami qui publiait une édition de ce poète.) À toi, Ronsard, à toi, qu’un sort injurieux Depuis deux siècles livre aux mépris de l’histoire, J’élève de mes mains l’autel expiatoire Qui te purifiera […] Plus

  • Pour un ami

    Sonnet. Que de fois, près d’Oxford, en ce vallon charmant, Ou l’on voit fuir sans fin des collines boisées Des bruyères couper des plaines arrosées, La rivière qui passe et le vivier dormant, Pauvre étranger […] Plus

  • À mon ami Leroux

    « Ma barque est tout-à-l’heure aux bornes de la vie ; Le ciel devient plus sombre et le flot plus dormant ; Je touche aux bords où vont chercher leur jugement Celui qui marche droit […] Plus