Les Plus Lus

  • La nuit

    Toujours le malheureux t’appelle, Ô Nuit, favorable aux chagrins ! Viens donc, et porte sur ton aile L’oubli des perfides humains. Voile ma douleur solitaire ; Et lorsque la main du Sommeil Fermera ma triste […] Plus

  • Le baiser

    Tableau V. Ah ! Justine, qu’avez-vous fait ? Quel nouveau trouble et quelle ivresse ! Quoi ! cette extase enchanteresse D’un simple baiser est l’effet ! Le baiser de celui qu’on aime A son attrait […] Plus

  • Le cabinet de toilette

    Voici le cabinet charmant Où les Grâces font leur toilette. Dans cette amoureuse retraite J’éprouve un doux saisissement. Tout m’y rappelle ma maîtresse, Tout m’y parle de ses attraits ; Je crois l’entendre ; et […] Plus

  • Il est trop tard

    Rappelez-vous ces jours heureux, Où mon cœur crédule et sincère Vous présenta ses premiers vœux. Combien alors vous m’étiez chère ! Quels transports ! quel égarement ! Jamais on ne parut si belle Aux yeux […] Plus

  • Le remède dangereux

    Ô toi, qui fus mon écolière En musique, et même en amour, Viens dans mon paisible séjour Exercer ton talent de plaire. Viens voir ce qu’il m’en coûte à moi, Pour avoir été trop bon […] Plus

  • Élégie (autre)

    Calme des sens, paisible indifférence, Léger sommeil d’un coeur tranquillisé, Descends du ciel ; éprouve ta puissance Sur un amant trop longtemps abusé. Mène avec toi l’heureuse insouciance, Les plaisirs purs qu’autrefois j’ai connus, Et […] Plus

  • Autre lendemain

    D’un air languissant et rêveur Justine a repris son ouvrage ; Elle brode ; mais le bonheur Laissa sur son joli visage L’étonnement et la pâleur. Ses yeux qui se couvrent d’un voile Au sommeil […] Plus

  • A la nuit

    Toujours le malheureux t’appelle, Ô nuit, favorable aux chagrins ! Viens donc, et, porte sur ton aile L’oubli des perfides humains. Voile ma douleur solitaire ; Et, lorsque la main du Sommeil Fermera ma triste […] Plus

  • Le lendemain

    À Éléonore. Enfin, ma chère Éléonore, Tu l’as connu ce péché si charmant, Que tu craignais, même en le désirant ; En le goûtant, tu le craignais encore. Eh bien ! dismoi : qu’atil donc […] Plus

  • Billet

    Apprenez, ma belle, Qu’à minuit sonnant, Une main fidèle, Une main d’amant, Ira doucement, Se glissant dans l’ombre, Tourner les verrous Qui dès la nuit sombre, Sont tirés sur vous. Apprenez encore Qu’un amant abhorre […] Plus

  • Il est trop tard

    Rappelezvous ces jours heureux, Où mon coeur crédule et sincère Vous présenta ses premiers voeux. Combien alors vous m’étiez chère ! Quels transports ! quel égarement ! Jamais on ne parut si belle Aux yeux […] Plus