Siméon-Guillaume de La Roque

Poète

Date/Lieu de naissance : 1551
Date/Lieu de décès : 1611

Siméon-Guillaume de La Roque, né en 1551 près de Clermont-en-Beauvaisis et mort en 1611, est un poète baroque français. Il fréquente comme Philippe Desportes le salon de la maréchale de Retz. Il est au service de Henri d'Angoulême, fils bâtard de Henri II, puis de la famille de Guise.

BIOGRAPHIE & INFORMATIONS

Sommaire

    Siméon-Guillaume de La Roque, est un poète baroque français.

    Avec Malherbe, La Roque accompagna Henri d’Angoulême en Provence. Puis il passa à la Ligue et se rallia à Henri IV. En finale de la complainte qui suit, il oppose ses « bonheurs en guerre » à ses « misères en amour » dont il se lamente, exilé, comme il dit, dans le bocage.

    La Roque doit sa redécouverte récente à Malherbe, dont il était l’ami et sur qui on s’est rendu compte qu’il exerça, alors que celui-ci cherchait encore sa voie, une influence non négligeable. Or, s’il est vrai que les conceptions poétiques de La Roque sont en quelque sorte malherbiennes avant la lettre, faisant preuve, tant dans l’utilisation des formes et des structures poétiques que dans la façon d’intellectualiser les figures, d’une mesure et d’un équilibre qu’on peut dire classiques, il y a dans sa poésie une sorte de prolixité qui l’éloigné radicalement du Malherbe de la maturité. C’est que l’imaginaire de La Roque est riche d’obsessions qui, au sein d’une veine lyrique traditionnellement pétrarquisante, l’amènent à construire une sorte de géographie noire : les ombres y dominent, ombres des lieux retirés, des cavernes, des bois, ombres de la nuit et des songes, et bien sûr ombres de la mort. Plus que les thèmes et les motifs développés — souffrance d’amour, inconstance du monde et du cœur, navigation incertaine de la vie —, ce qui fait la tonalité propre du poète, c’est cette prédilection pour le côté sombre des choses, qu’il cherche à capter par toutes les ressources d’une rhétorique habile au choc des images et aux formules surprenantes. H se construit ainsi, loin de toute attache réaliste, une sorte de monde abstrait, où c’est finalement la poésie qui se nourrit d’elle-même.

    La poésie de Siméon-Guillaume de La Roque combine l’influence de Ronsard et de Desportes, non sans puiser directement à diverses sources italiennes. Elle influence Malherbe, dont l’auteur est l’ami. Par le choix de ses thèmes et de ses rythmes, son œuvre se trouve ainsi au carrefour de tous les destins poétiques.

    Œuvres

    Les Premières Œuvres de S.-G. de La Roque (1590)
    Amours de Caritée (1595)
    Continuation de l’Angélique d’Arioste (1595)
    Les Heureuses amours de Cloridan (1596)
    Diverses poésies (1597) Texte en ligne
    Hymne sur l’embarquement de la Royne et de son arrivée en France (1600)
    Les Œuvres du sieur de La Roque (1609)
    La Chaste bergère, pastorale (1629)

    Étude : Gisèle Mathieu-Castellani, introduction à son édition des Poésies, p. vii-lxv.

    « Il se dit de Clermont en Beauvaisis. Mr Baillet, qui pouvait en
    être instruit, dit qu’il n’était pas de cette ville même, mais du village
    d’Agnès qui n’en est pas éloigné. C’était apparemment une terre de sa
    famille ; car La Roque était gentilhomme. Dans l’Epitre Dédicatoire
    de ses œuvres à la Reine Marguerite, il nous apprend, que ce qu’il
    savait il l’avait acquis en la conversation des Doctes, comme en la
    nourriture qu’il avait prise chez un Prince rempli de savoir et de
    mérite. Ce Prince, qu’il ne nomme pas, appartenait dit-il du côté
    du père à la Reine Marguerite. C’étoit donc apparamment Henri,
    légitimé de France, fils naturel de Henri II, qui fut grand Prieur de
    France, Grand Amiral, Gouverneur de Provence, tué en 1586 par le
    Baron de Castellane. La Roque séjourna en effet en Provence ; mais
    il fit aussi beaucoup d’autres courses, si l’on doit entendre à la lettre
    ce qu’il écrit au sonnet 59ème de ses Œuvres Chrestiennes :

    J’ay quarante ans passés, je sçay que c’est du monde;
    J’ay suivi le Dieu mars et celui des Amours :
    J’ay veu de maints pays les cités et les tours,
    Et long temps voyagé sur la terre et sur l’onde.
    J’ay leu de maints Autheurs la science féconde
    Tant que j’en ay l’esprit lassé de leurs discours :
    J’ay passé maintefois et les nuits et les jours
    A carresser la Muse où toute erreur abonde

    « On lit dans la vie de Malherbe, attribuée à Racan, que La
    Roque est mort à la suite de la Reine Marguerite, par conséquent avant
    1615. On ajoute au même endroit, qu’il faisait joliment des vers et que
    lui et Malherbe poussèrent si vivement à cheval M. de Sully, l’espace
    de deux ou trois lieues, que mr de Sully en avait toujours conservé
    depuis du ressentiment. »

    Ajouter à la collection

    Pas de collections

    Vous trouverez ici toutes les collections que vous avez créées auparavant.