Passez en mode sombre, plus agréable pour vos yeux la nuit.

Passez au mode éclairé qui est plus agréable pour vos yeux pendant la journée.

default-avatar

Etienne JODELLE

  • Nationalité :

Poemes Etienne Jodelle - Découvrez les œuvres poétiques de Etienne Jodelle

BIOGRAPHIE & INFORMATIONS

Étienne Jodelle, né en 1532 à Paris où il est mort en juillet 1573, est un poète et dramaturge français.
Membre de la Pléiade, il s’efforça d’en appliquer les principes à l’art théâtral. Il fut le premier à utiliser l’alexandrin dans la tragédie. Il apparaît comme un précurseur de la tragédie à l’antique qui naît dans la seconde moitié du XVIe siècle.
Jodelle appartient à la bourgeoisie parisienne, mais il est attiré par la noblesse. Il se présente en effet comme « Sieur du Lymodin ». Il séjourne à Lyon (v. 1550), puis il s’établit à Paris où il se lie avec Jean Antoine de Baïf, Nicolas Denisot et Remy Belleau. Il appartient au cercle de Jean Brinon. Au début de l’année 1553, il fait représenter la première tragédie humaniste, « Cléopâtre captive », et la première comédie humaniste, « L’Eugène », devant le roi, à Paris (hôtel de Reims), puis au collège de Boncourt. Pour fêter la première représentation, Jodelle et ses amis de la Pléiade, à Arcueil, procèdent à la « pompe du bouc », comme on le faisait dans l’Antiquité. Il est désormais protégé par le cardinal de Lorraine et par Marguerite de France. Il écrit une seconde tragédie, « Didon se sacrifiant » que Jacques Grévin imite lorsqu’il rédige son César (1561).
En 1558, il est chargé par la municipalité de Paris d’organiser un spectacle en l’honneur du roi Henri II qui vient de conquérir Calais. Cette fête est un échec. C’est vers ce temps qu’il aurait été condamné à mort. Il s’éloigne de la Cour, puis il finit par y revenir. Il écrit contre les protestants (« Contre les ministres de la nouvelle opinion »). Jodelle se serait réjoui du massacre de la Saint-Barthélemy. Il a peut-être fait partie du cercle littéraire de la maréchale de Retz. Il meurt dans la misère. Le poète protestant Agrippa d’Aubigné le célèbre dans des Vers funèbres.
C’est Charles de La Mothe qui, après la mort du poète, a fait imprimer ses « Œuvres et meslanges poëtiques ».

Source :

Wikipédia

Ce contenu est soumis à la licence CC-BY-SA.

Retour au sommet

Connectez-vous

Regénérer un mot de passe

Si vous n’avez pas de compte Créer un compte

Regénérer un mot de passe

Indiquez-nous votre adresse, nous vous enverrons un email pour regénérer un mot de passe.


Le lien de réinitialisation de votre mot de passe semble invalide ou a expiré.

Connectez-vous

Privacy Policy

Ajouter à ma collection

Pas de collections

Vous trouverez ici toutes les collections que vous avez créées auparavant.