Passez en mode sombre, plus agréable pour vos yeux la nuit.

Passez au mode éclairé qui est plus agréable pour vos yeux pendant la journée.

default-avatar

Joachim DU BELLAY

  • Nationalité :

Joachim du Bellay ou Joachim Du Bellay est un poète français né vers 1522 à Liré en Anjou et mort le 1ᵉʳ janvier 1560 à Paris.

BIOGRAPHIE & INFORMATIONS

Joachim du Bellay est un poète français né vers 1522 à Liré en Anjou, et mort le 1er janvier 1560 à Paris. Sa rencontre avec Pierre de Ronsard fut à l’origine de la formation de la « Pléiade », groupe de poètes auquel Du Bellay donna son manifeste, « la Défense et illustration de la langue française ». Son œuvre la plus célèbre, « Les Regrets », est un recueil de sonnets d’inspiration élégiaque et satirique, écrit à l’occasion de son voyage à Rome de 1553 à 1557.
Joachim du Bellay naît à Liré, en Anjou, en 1522. Son enfance, dans la bourgeoisie (son cousin est comte du Piémont) se passe au contact de la nature. C’est à la faculté de droit, à Poitiers, que du Bellay rencontre Pierre de Ronsard, qu’il suivra au collège de Coqueret. C’est là, sous l’influence de son professeur de grec, Jean Dorat, qu’ils décideront de former un groupe de poètes appelé « la Brigade ». Il écrit alors une thèse : « Défense et illustration de la langue française ». L’objectif de la Brigade est de créer des chefs d’œuvres en français aussi bons que ceux des latins et des grecs (objectifs parfaitement en accord avec François 1er, roi de l’époque, qui souhaite donner des lettres de noblesse au français). Plus tard, la Brigade se transformera en « Pléiade » avec l’arrivée de quatre nouveaux membres : Rémi Belleau, Etienne Jodelle, Pontus de Tyard et Jean-Antoine Baïf.
Son premier recueil de sonnets, « L’Olive » imite le style du latin Pétrarque. Plus tard, du Bellay ne quittera la France que pour accompagner son oncle (un évêque), à la cour pontificale, à Rome. Il attendait avec impatience de découvrir Rome et la culture antique… Cruelle déception. Comme secrétaire de son oncle, du Bellay vivra une vie d’ennui, loin de la liberté qu’il espérait, il se retrouve aux beau milieu des intrigues de la cour du Pape. Il écrira là-bas « Les Regrets », où il critiquera la vie romaine et exprimera son envie de rejoindre son Anjou natal.
Du Bellay meurt en 1560 d’une apoplexie à sa table de travail (le 1er janvier?), à l’âge de 37 ans, mettant fin à la Pléiade. Il est inhumé à Paris, en la chapelle de saint-Crépin.

Source :

Wikipédia

Ce contenu est soumis à la licence CC-BY-SA.

Retour au sommet

Connectez-vous

Regénérer un mot de passe

Si vous n’avez pas de compte Créer un compte

Regénérer un mot de passe

Indiquez-nous votre adresse, nous vous enverrons un email pour regénérer un mot de passe.


Le lien de réinitialisation de votre mot de passe semble invalide ou a expiré.

Connectez-vous

Privacy Policy

Ajouter à ma collection

Pas de collections

Vous trouverez ici toutes les collections que vous avez créées auparavant.