Dans le Rapide de 19 H. 40

Voici des années que je n’ai plus pris le train
J’ai fait des randonnées en auto
En avion
Un voyage en mer et j’en refais un autre un plus long
Ce soir me voici tout à coup dans ce bruit de chemin de
fer qui m’était si familier autrefois

Et il me semble que je le comprends mieux qu’alors
Wagon-restaurant
On ne distingue rien dehors
Il fait nuit noire
Le quart de lune ne bouge pas quand on le regarde
Mais il est tantôt à gauche, tantôt à droite du train
Le rapide fait du 110 à l’heure

Je ne vois rien
Cette sourde stridence qui me fait bourdonner les tympans — le gauche en est endolori — c’est le passage d’une tranchée maçonnée
Puis c’est la cataracte d’un pont métallique
La harpe martelée des aiguilles la gifle d’une gare le double crochet à la mâchoire d’un tunnel furibond
Quand le train ralentit à cause des inondations on entend un bruit de water-chute et les pistons échauffés de la cent tonnes au milieu des bruits de vaisselle et de frein
Le

Havre autobus ascenseur
J’ouvre les persiennes de la chambre d’hôtel
Je me penche sur les bassins du port et la grande lueur
froide d’une nuit étoilée

Une femme chatouillée glousse sur le quai

Une chaîne sans fin tousse geint travaille
Je m’endors la fenêtre ouverte sur ce bruit de basse-cour

Comme à la campagne

Blaise Cendrars

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments