Ballade de l’âme de Paul Verlaine

Bien qu’il ait l’âme sans rancune,
Pierrot dit en serrant le poing :
‘ Mais, sacrebleu, je n’ai nul point
De ressemblance avec la lune !

‘ Ô faux sosie aérien !
Mon nez s’effile, elle est camuse ;
Elle a l’air triste ! Je m’amuse
De tout, un peu, beaucoup, de rien.

‘ On la dit pâle ! Allons donc ! jaune !
Moi seul suis blanc comme les miss.
Elle est chaste autant qu’Artémis,
Je le suis aussi, comme un faune.

‘ N’importe ! Dès qu’elle a penché
Son front : ‘ Bonsoir, Pierrot céleste ! ‘
Dit l’un ; un autre dit : ‘ Ah ! peste !
‘ Pierrot, ce soir, a l’oeil poché. ‘…

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

Soir religieux (I)

Juin