Comme un roseau plaintif au bord de la rivière

Comme un roseau plaintif au bord de la rivière,
Tu gémissais : « Ô le méchant seigneur Hamlet !
Pourquoi m’a-t-il trahie et se peut-il qu’il ait
Tué, lui qui m’aimait, Polonius mon père ?

Adieu donc, tendres jours de joie et de lumière
Où ma vieille nourrice à mon côté filait. »
Tu dis ; et ton beau corps de roses et de lait
Rendit, en s’y plongeant soudain, l’onde plus claire.

Les libellules, l’aile humide, par essaims,
Effleurèrent tes yeux, clos, hélas ! et tes seins,
Parmi le flot dont les remous chatoient et virent.

Ta couronne de fleurs des champs se délia ;
Et l’amour depuis lors éprouve ceux qui virent
Descendre au fil de l’eau ta bouche, Ophélia.

Voter pour ce poème!

Charles Guérin Apprenti Poète

Par Charles Guérin

Charles Guérin, né le 29 décembre 1873 à Lunéville, où il est mort le 17 mars 1907, est un poète français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Chaque commentaire est une goutte de pluie dans notre océan de poésie. Ajoutez votre averse, à la manière de Hugo.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Cadences de 1 univers

Tu rangeais en chantant pour le repas du soir