Parfois l’esprit se perd

Parfois l’esprit se perd dans la forêt des mots.
Inquiet, il hésite, il tâtonne, il trébuche
Dans le lierre qui tord ses nœuds comme une embûche.
Il appelle, et sa voix retombe des rameaux.
Il frissonne au contact rugueux des troncs énormes.
Une feuille le mouille et le caresse au front.
Il assiste au combat mystérieux des formes,
S’émeut du bruit que fait la branche qui se rompt
Et la source qui rit en répandant son urne.

Et dans la haute nef de la forêt nocturne,
Prisonnière des mots profonds comme des murs,
La pensée impuissante à formuler son rêve,
Anxieuse, attend l’heure ou le jour qui se lève
Baigne d’un pâle éclat les feuillages obscurs.

Voter pour ce poème!

Charles Guérin Apprenti Poète

Par Charles Guérin

Charles Guérin, né le 29 décembre 1873 à Lunéville, où il est mort le 17 mars 1907, est un poète français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie est le miroir de l'âme. Reflétez la vôtre dans nos commentaires, à la manière de Baudelaire.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Cadences de 1 univers

Tu rangeais en chantant pour le repas du soir