Ah ! combien d’heures blondes

Ah ! combien d’heures blondes
Contient la grappe d’or
De ce matin du monde
Où ma lumière dort.

Elles sont éternelles.
Dans mon joyeux été,
La plus brève d’entre elles
Vaut une éternité.

Regardemoi, je penche
Mon rêve sur tes yeux :
Grappe et pampre, la branche
Se mêle à tes cheveux.

Chante ! et qu’il te souvienne
De ton premier rayon ;
Tu ne me vois qu’à peine,
Mais je brille à ton front.

La chanson d’Eve

Voter pour ce poème!

Vous ne voulez pas finir comme le poète méconnu La Fontaine ? Laissez un commentaire pour montrer votre appréciation !

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments