Travail bienheureux

Je choisis
la marche en arrière
pour arriver au sommet
de mes pensées.

Pour ce moment de liberté,
Je grimperais trois fois,
et chaque fois
d’un différent coté.

Je n’ai besoin
de luxes
pour me sentir
satisfaite.

Seulement
le travail
que je dois faire dans ma tête
me donne des espoirs.

Et qu’importe la sueur
pour comprendre
que j’existe
dans ce monde éphémère.

je n’ai pas besoin de gloire,
aucune jalousie,
tout est possible
dans mon esprit libre.

L’union humaine
est une merveille,
avec du travail devient
le miel de l’abeille.

Chloe Douglas, 2010

0

Voter pour ce poème!

1 Point
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

Son rêve fastueux …

Inscription