Amitié des morts

Il suffit d’une étoile à portée de la main

pour conjurer le sort Dormez enfants du jour vos paupières demain

reconnaîtront les morts.

Ils vous apporteront ce qu’ils aimaient le mieux

ce qui ne déçoit point Les ombres du couchant les fontaines les lieux

l’odeur triste du foin

S’ils laissent un matin un arbre un écureuil

un oiseau qu’on entend Remerciez-les avant qu’ils ne passent le seuil

après il n’est plus temps

Ne méprisez jamais les dons que font les morts

ils n’ont pas autre chose Le choix n’est pas si grand quand on est loin du port

et jamais ne repose.

Voter pour ce poème!

Laisser un avis, une critique ou analyse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La cathédrale est majestueuse

Ô doux plaisir plein de doux pensement