Hommage a omar kayam

Tout ce qui est — ainsi que vent s’enfuit et glisse. Ce qui n’est pas — de n’être pas fait mes délices.

Feignons de croire à l’être de ce qui n’est pas et de croire au néant du trop vrai ici-bas.

*

Nul, et même ivre, qui façonne un vase pur ne songe à le briser sitôt qu’il le modèle

O visages, ô regards, ô corps, tendres et purs quel ivrogne potier vous brise et vous martèle ?

J’ai cherché jadis dans Tailleurs du Ciel le Livre et la Loi, l’Enfer et le Ciel.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments