Un mort m’attend a la maison

Rien n’est plus à moi seul aujourd’hui

En ouvrant trop vite une porte

je traverse parfois cette ombre qui attend mon retour

et je n’ai plus qu’à m’excuser

Rien n’est plus à moi seul aujourd’hui

mais ce mort mon ami réclame sa part

avec ce lent poids de silence malhabile

qu’il étend depuis le jour

où cette mitrailleuse invisible

a parlé plus fort et plus dur que lui

dans le petit matin qui sortait des forêts

Rien n’est plus à moi seul aujourd’hui

Il faut que je garde pour lui ce soleil dans les bois d’automne

ce peu de feuillage qui luit

la joie tranquille qu’il me donne

Il faut que je garde pour lui Ce sourire où je me repose et la fraîcheur de cette pluie qui n’effeuillera pas les roses

Il faut que je garde pour lui ce creux d’épaule et sa chaleur un peu de ce plaisir des nuits -un peu de jour et de bonheur

Je partageais avec toi mes billes maintenant un peu de ma vie O mort mort qui m’attend à la maison.

0

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

Puisse advenir que ma fiere Maistresse

Conversation masquée