D’un soi défiant de sa dame

Plus qu’en autre lieu de la ronde,
Mon coeur vole comme l’aronde
Vers toi, en prières et dits :
Mais si âprement l’écondis,
Que noyer le fais en claire onde.

Dont ne puis croire (ou l’on me tonde)
Que ton coeur à m’aimer se fonde,
Quand tous biens me y sont interdits
Plus qu’en autre lieu.

Car il n’y a Princesse au monde
Qui m’aimât d’amour si profonde
Comme celle que tu me dis,
Qui ne m’ouvrît le Paradis
De jouissance, où grâce abonde
Plus qu’en autre lieu.

L’Adolescence clémentine

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments