Le jeu

Seize sont blancs. Seize sont noirs.

Alignement d’un face-à-face.

Selon son rang, chacun se place.

En symétrie, de part en part.

Les plus petits sur le devant.

Seize sont noirs. Seize sont blancs.

Huit fois huit cases. Un jeu démarre.
Joutes, et coups bas, et corps à corps,

et durs combats. Ultime effort

pour asséner à ceux d’en face :

“Échec et mat ! le roi est mort !”
Complimenté est le gagnant.
Mais la revanche est dans le sang.

Déjà tout se remet en place.

Et du combat ne reste trace.

Tout aussitôt le jeu reprend.
Seize sont noirs. Seize sont blancs…
N’ayant soixante-quatre cases

ni trente-deux participants,

mais autres nombres et autres temps,

la vie, pourtant, a mêmes bases.
2009

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments