Ombres

Quand mes pensées s’arrêtent

Et figent les instants
Quand en moi se répètent

D’autres lieux d’autres temps
Quand d’un mot d’une phrase

S’estompe le décor
Et quand un ange passe

D’ennui ou de remords…
Je cours après mon ombre

Et nul ne sait
 
Quand la folle nature

Me fait de grands cadeaux
Quand d’une fleur d’un murmure

Me vient comme un écho
Quand soudain souvenances

Vont s’accrochant aux heures
Et quand réminiscences

M’emplissent de langueur
Je cours après mon ombre

Et nul ne sait
 
Quand mes pensées s’arrêtent

Et figent mes pensées
Quand en moi se projettent

Appréhensions rentrées
Quand le temps et ses traces

Me gavent de frayeurs
Et quand je les ressasse

Ricanant de mes peurs…
Je cours après mon ombre

Et nul ne sait
 
Quand les jours en dérive

Se taisent infiniment
Quand l’image s’esquive

Et se couvre d’un blanc
Quand les anges s’éloignent

Et n’en ai chaud ni froid
Et quand regrets me gagnent

D’en être sans émoi…
Je cours après mon ombre

Et nul ne sait
1981

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments