dans , , , , , , ,

Prologue

De la pensée aux mots,

un monde.
Dès qu’ils viennent en gros,

la ronde.
De la phrase à la phrase,

la stance.
Des couplets qui s’embrasent,

la danse.
Du chagrin à l’oubli,

un antre.
Sous toute philosophie,

le ventre.
Des coulisses aux décors,

un voile.
Du trépas à la mort,

un râle.
De la graine à l’épi,

un germe.
Du néant à la vie,

le sperme.
Du mineur au ministre,

un rang.
Et du lord jusqu’au cuistre,

un temps.
Du génie au crétin,

un gène.
Du raté au malin,

la veine.
Du gendarme au voleur,

un rôle.
En tout un, son tricheur,

son drôle.
Du vice à la vertu,

un tour.
De la mode au rebut,

un jour.
De ta main à la mienne,

un choix.
De l’amour à la haine,

un pas.
De la phrase à la phrase,

la stance.
Des couplets qui s’embrasent,

la danse !
1997

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments